Agriculture urbaine

Qu’est ce que l’agriculture urbaine ? 

D’après la FAO (Food and Agriculture Organization of United States), l’agriculture urbaine consiste à cultiver, sur de petites surfaces à l’intérieur et aux alentours des villes, des produits alimentaires (graines, légumes, fruits) et non alimentaires (plantes médicinales, aromatiques, etc) et à élever des petits animaux pour la consommation d’un ménage ou bien la vente de proximité.

A l’inverse, l’agriculture périurbaine est elle représentative des surfaces agricoles qui opèrent une exploitation intensive de l’horticulture et des animaux à finalité commerciale.

Plusieurs concepts se dégagent de l’agriculture urbaine, dont la permaculture. Cette dernière représente tout un mode d’actions prenant en compte la nature, la biodiversité et les écosystèmes. Ce concept a pour philosophie de travailler avec la nature et non pas contre elle.

 

Quels en sont ses avantages ?

Recommandée par l’ONU et la FAO, l’agriculture urbaine apporte de nombreux avantages.

Respecter l’environnement

L’agriculture et la végétalisation urbaine ont un rôle important dans la gestion de la chaleur en ville. L’évapotranspiration (émission de la vapeur d’eau) des plantes permet de créer des îlots de fraicheur et donc de faire des économies en terme de climatisation pour la ville. Pour vous donner une idée ; 1 arbre, en stockant du carbone, équivaut à 5 climatiseurs. Cela permet alors de dépolluer l’air. Par ailleurs, les terres peuvent elles absorber l’eau en cas de fortes pluies, contrairement au bitume, et donc éviter les inondations, qui sont de plus en plus fréquentes.

 

Améliorer la santé

L’agriculture urbaine a pour principe de mettre en place de petites cultures, en harmonie avec la nature, ce qui permet de récolter une nourriture de qualité. En effet, les aliments de production locale sont plus frais, plus nourrissants et à des prix compétitifs car ils sont transportés sur de plus courtes distances et nécessitent moins de réfrigération.

 

Impliquer les citoyens

La permaculture s’installe sur de nombreux supports (toits, jardins partagés, cours, etc), de quoi créer du lien social entre les habitants qui eux, ont la possibilité de s’approprier les lieux, notamment dans le cadre d’un jardin partagé. Les plus grands apprendront aux plus petits, ce qui amène les générations à se mélanger ! Par ailleurs, l’agriculture urbaine a aussi comme avantage de faire un lien entre l’urbain et le rural.

 

Créer de l’emploi

Apprendre, construire, semer, entretenir, récolter, vendre… tout cela demande de la main d’oeuvre. L’agriculture urbaine est source de nouveaux emplois locaux. Les circuits courts seront mis en avant et l’économie circulaire dynamisée.

 

Agriculture urbaine

Source : Duchemin et al. 2010.

 

Comment ça marche ? 

Pour vous donner une idée du fonctionnement de l’agriculture urbaine, voici un schéma du cycle d’une permaculture installée sur des toits.

cycle-tv

 

Aujourd’hui…

La mondialisation actuelle amène les chaines alimentaires a être de plus en plus longues et de moins en moins connectées aux territoires. La plupart des villes ne disposent alors que de quelques jours d’autonomies en cas de chocs environnementaux ou économiques.

De nombreux mouvement ont alors émergés afin de repenser notre modèle de production alimentaire (AMAP, circuits courts, végétalisation des milieux urbains, etc). Ce sont 800 millions de personnes investies dans le monde à ce jour selon l’ONU et environ 73 hectares utilisés en Ile de France pour l’agriculture urbaine.

La ville de Paris s’engage à développer 33 hectares d’agriculture urbaine d’ici 2020.

 

 

Sources : 

http://www.fao.org/urban-agriculture/fr/

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Agriculture%20urbaine/fr-fr/

https://permacultureprinciples.com/fr/index.php

https://maisonagricultureurbaine.com/l-agriculture-urbaine/